UBS plus confiante dans la solvabilité souveraine du Nigéria

 |   |  534  mots
(Crédits : Reuters)
Les perspectives économiques s'annoncent meilleures pour la majorité des pays subsahariens. C'est ce que vient d'avancer, dans un nouveau rapport, la Direction de la gestion de fortune de la banque d'affaires suisse UBS, en précisant que cette tendance sera plus forte au Nigéria.

Les perspectives économiques dans les pays subsahariens sont prometteuses et la reprise économique sera plus significative au Nigéria. C'est en tout cas l'optimisme affiché par la Division de gestion de fortune (Wealth Management) chez UBS qui vient d'affirmer dans un rapport qu'avec une perspective économique plus forte, «la solvabilité du Nigéria s'est améliorée». Une performance économique liée à la reprise des prix du pétrole sur le marché mondial.

Une solvabilité améliorée au Nigéria

Si la note de crédit souverain du Nigéria, la plus grande économie d'Afrique, a été à plusieurs reprises revue à la baisse au cours des précédents trimestres, l'économie du pays devrait tirer profit de la reprise des cours des produits énergétiques et d'une prochaine de relance -même modérée- dans des activités économiques avec un impact direct sur la solvabilité souveraine, indique le rapport.

Il faut préciser à cet égard que le Nigéria est membre de l'Opep, mais exempté de l'accord portant sur la réduction de production de l'or noir. Une occasion pour le pays le plus peuplé d'Afrique de se rattraper après des années «de morosité économique».Une santé économique déficitaire marquée par un ralentissement du rythme de croissance en raison de la chute des cours du baril qui avait durement frappé le pays.

 «La modeste reprise des prix des produits énergétiques au cours des 18 derniers mois a soutenu le potentiel de croissance de nombreuses économies africaines, mais les perspectives les plus optimistes pour l'Afrique subsaharienne devraient également affecter l'économie nigériane à l'avenir, alors que la région est actuellement dans sa nouvelle phase de développement», explique Ali Janoudi, directeur de la gestion de fortune pour l'Europe centrale et de l'Est, et la région MENA chez UBS.

Une reprise économique presque généralisée dans la région

Mais il faut souligner à ce niveau que les taux de croissance annoncés pour le pays ne sont pas susceptibles de revenir aux taux précédents, nuance un haut responsable d'UBS.

«Nous espérons que la croissance du Nigéria se rétablira cette année, bien qu'il soit peu probable que les taux de croissance reviennent aux hauts seuils précédents. Un facteur déterminant pour les perspectives de croissance du pays sera une continuation réussie de la libéralisation du taux de change de naira», a précisé Michael Bolliger, responsable de l'allocation des actifs émergents au sein d'UBS,

La banque d'affaires suisse a également établi des prévisions sur la santé économique des pays de la région, de manière générale. Les prévisions de l'UBS sont confirmées par le Fonds monétaire international qui prévoit une croissance du PIB réel double cette année en Afrique subsaharienne, atteignant 2,6 pour cent.

Selon toujours le FMI, les principaux facteurs qui soutiennent ces perspectives comprennent la croissance et le commerce mondial, une modeste reprise des prix des produits énergétiques et des métaux, des taux de change plus compétitifs pour les monnaies africaines et des réformes structurelles entamées dans différents pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :