RDC : l’or ne financera plus les groupes armés

 |   |  464  mots
En 2014, l'ONU a estimé que 98% de l'or extrait des mines de la RDC était exporté de manière frauduleuse.
En 2014, l'ONU a estimé que 98% de l'or extrait des mines de la RDC était exporté de manière frauduleuse. (Crédits : DR)
Bientôt, l’or de la république démocratique du Congo ne servira plus à financer les groupes armés. L'ONG Partenariat Afrique Canada vient de mettre en place une chaîne d’approvisionnement responsable libre de conflit, un canal qui régule l’extraction artisanale et la commercialisation de la pierre précieuse. Détails.

La RDC est une véritable mine d'or. Les réserves minières du pays sont parmi les plus importantes en Afrique. Seulement, cette richesse profite peu aux Congolais. La plupart des mines sont exploitées de manières artisanale et anarchique. Pire encore, les mineurs artisanaux qui ne disposent pas de système de suivi de production et de commercialisation viable exportent les minerais via des comptoirs illégaux vers les pays voisins. Selon un rapport de l'ONU datant de 2014, plus de 98% de l'or produit au Congo est exporté en fraude.

Freiner les exportations clandestines

Pour mettre fin à ce bradage, une ONG canadienne du nom de Partenariat Afrique Canada (PAC), connue dans l'élaboration d'approches novatrices pour renforcer la gouvernance des ressources naturelles dans les zones de conflit ou à haut risque, vient de mettre en place une chaîne d'approvisionnement d'or artisanal responsable et libre de conflit et opérationnelle dans l'est de la RDC. Une première dans le pays. Dénommé «Or juste», le projet a pour objectif de permettre la traçabilité de tout or produit en République démocratique du Congo. Selon les initiateurs du projet, l'approvisionnement se fera désormais du site minier jusqu'à l'exportateur en toute responsabilité.

«Après presque deux années de mise à l'essai du projet "Or juste", dans le but de mettre en place un système de traçabilité et de devoir de diligence pour l'or artisanal en RDC, nous nous réjouissons de faire part de notre réussite», a dit Joanne Lebert, directrice générale de Partenariat Afrique Canada dans un communiqué de presse.

En plus d'être traçable, l'or produit au Congo devrait aussi mieux profiter aux mineurs.

Des prix raisonnables pour les mineurs

Le projet offre «aux mineurs des prix justes et transparents», a estimé le PAC qui ajoute que l'«Or juste» incite les mineurs du secteur aurifère artisanal à acheminer leur produit à des exportateurs légaux, en fin de compte, à des consommateurs responsables.

En RDC, les travaux de Partenariat Afrique Canada sont issus de son engagement à l'égard de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Un engagement qui consiste à fournir des services de renforcement de capacités dans le but de mettre en place des outils élaborés par l'Initiative régionale de lutte contre l'exploitation illégale des ressources naturelles (IRRN).

Cofinancé par l'USAID, avec l'entremise du projet Renforcement des Capacités pour un commerce responsable des minerais (CBRMT) et les Affaires mondiales Canada, un ministère du gouvernement fédéral chargé des relations diplomatiques et du commerce, le projet devrait réduire considérablement les exportations frauduleuses d'or en RDC et mettre fin au financement des groupes armés qui prolifèrent à l'est du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :