L'Afrique de l'ouest se prépare à lancer le e-CFA

 |   |  646  mots
(Crédits : Reuters)
Le sous-continent ouest-africain se prépare à lancer une version numérique du franc CFA. Dénommé e-CFA et émise par la banque centrale des Etats de l'Afrique de l'ouest (BCEAO), la monnaie sera d'abord utilisée au Sénégal. Si l’expérience est concluante, l'utilisation de la nouvelle monnaie numérique sera étendue aux autres pays de la zone Uemoa.

Après la Tunisie qui a lancé l'année passée le e-dinar, l'Afrique de l'ouest en bloc, se prépare à lancer le e-CFA, la version numérique du franc CFA. Émise par la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), il s'agira d'un billet en format numérique qui fonctionnera exactement comme le billet de banque normal. L'Afrique de l'ouest sera ainsi devenue la pionnière en la matière de la monnaie numérique au monde. « Il s'agit d'un billet numérique qui peut s'échanger comme un billet physique émis par une Banque centrale. Pour réaliser une transaction, vous pouvez débiter un compte bancaire et en créditer un autre, ou bien vous pouvez échanger physiquement un billet de 10 dollars ou 10 euros qui passera de votre main à la mienne. Nous avons créé une technologie qui permet cet échange de manière numérique », a expliqué Jonathan Dharmapalan, le fondateur de E-currency Mint Ltd, la start-up irlandaise qui a conçu le e-CFA. Selon lui, la différence entre les autres crypto-monnaies et le e-CFA est que cette dernière dépend d'une zone économique et est émise par une banque centrale. Or, le principe même des crypto-monnaies, tels que le Bitcoin, c'est de justement éviter tout passage par le système financier "traditionnel" dans l'objectif de réduire le coût des transactions.

Le Sénégal sera le premier pays en Afrique de l'ouest à expérimenter le e-CFA. Servant ainsi de point zéro, si l'expérience est concluante, la monnaie sera étendue dans toute l'Afrique de l'ouest. Serigne Diakhoumpa, directeur financier du Fonds souverain des investissements stratégiques du Sénégal estime qu'il s'agit d'une très bonne chose. Pour lui, la technologie sur la quelle se base cette "e-monnaie" est une révolution qui va aider à mieux maîtriser les transactions financières pour lutter contre la corruption.

« Je prends toujours l'exemple du Rwanda, où même la petite vendeuse du coin a un terminal électronique. Plus besoin aujourd'hui d'avoir des billets et des pièces dans votre poche, vous faites la transaction avec des machines, or les machines ne peuvent pas vous demander de payer des choses qui ne sont pas dues. Bien sûr, l'informatique peut se pirater, mais toutes les transactions sont quand même tracées », a-t-il indiqué.

Un point de vue que nuance Hélix, l'institut d'étude de la finance numérique.

Malgré tout la fraude est présente

Tout comme les billets physiques sont marqués d'un filigrane et d'un numéro de série unique, le e-CFA est protéger par des protocoles cryptographiques. Ce dispositif est-il suffisant pour sécuriser la monnaie ? L'institut d'étude de la finance numérique, Hélix, en doute. Selon son rapport d'étude sur la fraude dans le mobile money, la fraude s'adapte toujours au système financier. « Leur technologie à l'origine est assez sûre, mais dès qu'on ajoute des niveaux, des systèmes en plus, cela ouvre des vulnérabilités. Ces six derniers mois, on a vu deux bons exemples de monnaies numériques fiables qui ont été attaquées et ont perdu beaucoup. En août dernier, le bitcoin a perdu 75 millions de dollars et près de 20 % de sa valeur, et son concurrent, Ether, a perdu 50 millions de dollars, à cause d'une vulnérabilité dans leur code », a tenté d'expliquer Elizabeth Berthe, directrice adjointe du réseau Hélix.

Ainsi, faut-il déduire que cette innovation qui consiste à numériser la monnaie régionale ne protège pas de la fraude, mais plutôt contre la corruption. Le e-CFA même sachant cela, rendra un grand service à un espace continental, l'Afrique de l'ouest, gangrené par un taux de corruption effarant. Une grande révolution, tout compte fait. Encore faut-il convaincre les clients finaux de l'utiliser...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2017 à 15:03 :
Emettre des E-FCFA c'est toujours du FCFA. La BCEAO doit comprendre que c'est le FCFA lui-même qu'il faut changer. Après on peut avoir ce que nous voulons sous toutes les formes. Mais quand on copie tout ce qui se fait sans réféchir, et même être soit-disant pionnier, on finit toujours par s'enliser davantage.
a écrit le 14/01/2017 à 10:33 :
Sa revient a la même chose, c n pa la corruption ki en ai problème mai la France,on v c debarace d la fo plu KL touche ou frabrik ntr momai tro c tro
a écrit le 14/01/2017 à 8:41 :
Nous voulons plus entendre parler de cfa,que nos dirigeants comprennent ça bien
a écrit le 14/01/2017 à 8:37 :
L'Afrique a besoin d'être indépendante de sa monnaie
a écrit le 13/01/2017 à 23:30 :
Et quel mauvaise monnaie! Nous n'en voulons pas ,mais quand est-ce qu'ils commenceront à réfléchir? Cet "argent" si je puis l'appelé ainsi , n'est qu'un autre moyen de manipulation. J'espère juste que nos dirigeants ne tomberont pas dans le panneau.
https://www.youtube.com/watch?v=VkH8EzbQlPI pour ceux qui sauront faire la différence
a écrit le 13/01/2017 à 21:32 :
Très certainement à encourager !
a écrit le 13/01/2017 à 19:24 :
A l'heure actuelle, je vois clairement le développement de l'afrique de l'ouest sur bases solides. C'est possible de dire par là, le développement de l'Afrique.
a écrit le 13/01/2017 à 16:28 :
Fiable ou pas, efficace ou non contre la corruption on s'en gaba. On veut plus du CFA un point c'est tout.
a écrit le 13/01/2017 à 16:24 :
Il faut quitté le CFA. Pourquoi des innovations dans ce qu'on veux se libéré. Il faut que l'Afrique de ouest prenne conscience de la negativite
cette nonnaie qui la phagocytose économiquement.
a écrit le 13/01/2017 à 14:55 :
FCFA ou E-CFA, çà ne répond en rien aux soucis du peuple d'Afrique Francophone. Merci !
a écrit le 13/01/2017 à 14:54 :
Ce qui m’énerve c'est le nom CFA, on n'en veut un point c'est tout.
a écrit le 13/01/2017 à 10:13 :
CFA c'est quoi
a écrit le 12/01/2017 à 23:55 :
Salut pr tte experimentat@ monétaire en Afrique e veillons aux vulnérabilités éventuelles! Du courage!
Réponse de le 23/02/2017 à 11:17 :
Je pense qu'il est temps tout simplement qu'ont se debarasse de cette modite monnaie qui nous empêche d'aller de l'avant, et qui ne fait que profiter qu'a la France.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :