Pour Sassou Nguesso, les difficultés économiques du Congo «préoccupantes», mais «surmontables»

 |   |  497  mots
(Crédits : Reuters)
Dans un message radiotélévisé, à l'occasion de la célébration de l'indépendance de son pays, le chef de l'Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, a reconnu que son pays connaissait des difficultés économiques préoccupantes. Le président congolais a appelé à ne pas dissimuler ces problèmes et a exprimé ses espoirs pour un retour à la normale.

Enfin, on peut dire ; le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso vient de reconnaître que la situation de son pays n'est pas au mieux. A l'occasion de la célébration du 57e anniversaire de l'indépendance de son pays ce mardi 15 août, le chef de l'Etat congolais qui s'adressait à ses compatriotes dans un message radiotélévisé, a reconnu des difficultés économiques. « Notre pays connaît des difficultés réelles ... Personne ne doit les dissimuler ... Ces difficultés étaient au départ, financières. Elles gagnent aujourd'hui le champ économique en général ... La crise dans laquelle le Congo est plongé depuis 2014, avec l'ensemble des pays exportateurs des matières premières ..., continue encore de générer des effets néfastes », a déclaré Dénis Sassou Nguesso.

Selon lui, les recettes budgétaires et les investissements publics sont en baisse continue et la plupart des secteurs de l'économie du pays sont touchés par la récession.
Cette annonce du président congolais sans surprendre, semble signer un retour à la normalité. Alors que les institutions internationales et plusieurs médias de son pays s'inquiétaient depuis quelques temps déjà de la situation de son pays, l'exécutif congolais n'a jamais voulu admettre la crise. Dernièrement, c'est le Fonds monétaire international (FMI) qui avait accusé le gouvernement de lui avoir caché une partie de sa dette qui représente réellement 117% du PIB du pays.

Des espoirs subsistent malgré tout

S'il reconnait la mauvaise mine de l'économie de son pays, peuplé de 4,5 millions d'habitant et suffisamment riche en pétrole, le président Sassou Nguesso ne veut pas crier à la fin. Pour lui, même si la situation est ''préoccupante'', le Congo n'est pas encore un ''désastre irréparable''. « Il n'y a ni faillite, ni banqueroute. La crise sera surmontée », dixit Denis Sassou Nguesso.

Notons par ailleurs, dans son discours à la nation, que le président congolais n'a pas fait qu'admettre la crise économique de son pays. Il a aussi touché du doigt la crise sociale marquée par les violences inouïes qui secoue le Pool, une région voisine de la capitale congolaise, Brazzaville. Depuis, un peu plus d'un an (avril 2016), des exactions sont commises dans cette région. Il s'agit selon le gouvernement, d'atrocités perpétrées par un groupe d'ex-combattants Ninjas et leur chef, Frédéric Bitsamou alias Pasteur Ntumi. « Encore une fois, je demande à Frédéric Bitsamou de se rendre à la justice de notre pays, pour abréger les souffrances des populations innocentes », a dit le numéro 1 congolais. D'après plusieurs rapports dont celui de l'ONU, au moins 138.000 personnes, la plus de la moitié de la population de la région, sont en situation de détresse et nécessitent de l'aide dans les domaines de la santé, la nutrition, la sécurité alimentaire, l'hygiène, l'assainissement, etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :