Le FMI soutient Madagascar à tenir ses promesses de croissance pour 2017

 |   |  337  mots
En une année presque, Madagascar a cumulé des pertes estimées à 400 millions de dollars (4% du PIB) des suites de la sécheresse et du cyclone Enawo qui ont frappé le pays.
En une année presque, Madagascar a cumulé des pertes estimées à 400 millions de dollars (4% du PIB) des suites de la sécheresse et du cyclone Enawo qui ont frappé le pays. (Crédits : Reuters)
Encouragé par les performances prometteuses du pays, le Fonds monétaire international a approuvé la semaine dernière en faveur de Madagascar un prêt de 86 millions de dollars au titre de la Facilité élargie de crédit. Ce nouvel appui intervient à point nommé pour soutenir le gouvernement à atteindre les 4,7% de croissance promis cette année.

Madagascar bénéficiera encore une fois de l'aide du FMI. Le conseil d'administration de l'institution de Bretton Woods a validé la semaine dernière l'octroi d'un prêt de 86 millions de dollars pour le pays à l'issue de sa première revue du programme des réformes  économiques lancées par le gouvernement malgache.

D'après un communiqué du FMI, le prêt qui se situe dans le cadre d'un accord sur la Facilité élargie de crédit (FEC) sera immédiatement débloqué. Les fonds serviront à continuer les réformes lancées depuis quelques mois déjà, avec l'objectif de promouvoir la mise en place d'une économie plus inclusive d'une croissance durable. Il s'agit par exemple pour le pays d'investir massivement dans les secteurs de la construction, de l'éducation, de la formation, etc.

L'appui du FMI permettra d'autre part de renforcer les investissements dans les secteurs sociaux et financiers et l'avancement des réformes structurelles, afin de soutenir la croissance.

«A moyen terme, les autorités visent à rompre avec le profil historique de faible croissance de Madagascar en augmentant les dépenses prioritaires et en accélérant les réformes structurelles... Pour assurer la réussite de l'accroissement des investissements en minimisant les risques, les autorités vont renforcer leur capacité de gestion et de suivi», a déclaré Marshall Mills, chef d'une mission du FMI à Madagascar en mars dernier.

Une performance économique, malgré des crises passagères

Selon ce dernier, les performances économiques du pays promettaient déjà en 2016 un taux de croissance de 4,2% du PIB, alors que les prévisions les plus optimistes tablent sur un taux de croissance de 4,7% cette année.

Notons que le nouveau décaissement en faveur d'Antananarivo porte le total des prêts consentis dans le cadre des accords de la FEC à 129,61 millions de dollars, sur un montant total de 304,7 millions de dollars (180% de la quote-part du pays). Cette somme représente l'équivalent de l'aide approuvée par le conseil d'administration du FMI, le 28 juillet 2016 dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2017 à 22:43 :
Hélas j'ai bien peur que les prêts du FMI, qui sont conditionnés essentiellement par la rentabilité financière, soient captés par les possédants, et qu'ils ne servent pas à ce qui devrait être le but de tout pays en conquête de son autonomie et du bien-être de ses habitants : l'investissement dans le domaine social et surtout EDUCATIF.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :