Rwanda  : hausse des dépenses budgétaires

 |   |  466  mots
(Crédits : DR)
Au Rwanda, les dépenses budgétaires vont connaitre une légère hausse cette année en raison notamment des coûts que va engendrer le déroulement des prochaines élections qu'organisera le pays dans quelques mois. Les autorités comptent sur la hausse des recettes d'exportations pour maintenir l'équilibre même si les caisses de l'Etat vont devoir encore compter sur l'appui des partenaires et supporter une nouvelle hausse du poids des dettes que le pays espère à nouveau contracter.

Les élections alourdissent le budget rwandais. Pour l'exercice 2017/2018, qui ne commence qu'à partir du mois de juin au Rwanda, le ministre des finances Claver Gatete vient de présenter, vendredi dernier, son projet de budget.

Selon l'argentier du gouvernement, les dépenses vont connaitre une augmentation de 7% ce qui équivaut à quelques 2, 53 milliards de dollars. Cette hausse qui actualise les prévisions déjà annoncées par l'Exécutif, s'explique par le coût financier des prochaines consultations électorales notamment l'organisation du scrutin présidentiel prévu durant l'exercice en cours. Le gouvernement justifie cette hausse également par l'augmentation des fonds destinés à l'achat de stocks stratégiques pour renforcer la sécurité alimentaire du pays ainsi que par  la construction de plusieurs barrages de la vallée et pour l'expropriation pour la construction de l'aéroport international de Bugesera, qui justifient cette hausse.

Croissance en hausse

Le ministre Claver Gatete qui s'exprimait au parlement à l'occasion de la présentation du nouveau budget, a souligné que 17% des recettes attendues proviendraient des dons de la part des partenaires financiers bilatéraux et multilatéraux mais aussi par les recettes fiscales et la dette que l'Etat espère contracter pour combler son déficit budgétaire.

« Les recettes d'exportation devraient augmenter de 21,6%, en raison essentiellement de la hausse de 40% des recettes du thé et de l'augmentation de 23% des revenus miniers », a souligné le ministre des finances qui a fait cas de perspectives assez prometteuses sur lesquelles tablent le pays pour les prochaines années.

Le gouvernement rwandais projette une croissance de 6,2% pour 2017 et 6,8% en 2018 après une mauvaise passe en 2016 qui a vu son rythme de croissance légèrement fléchir. Mais cela ne veut pas dire que les perspectives économiques de ce petit pays qui figure en bonne place des modèles de réussite africaine de ces dernières années sont sombres.

« Les revenus tirés des taxes ont augmenté de plus en plus et, à mesure que l'économie connait une croissance assez soutenue, le nombre de personnes qui paient des impôts à l'échelle nationale s'agrandit par exemple et atteint une contribution est de 66 % des recettes fiscales. La quête de dons et dettes continuent à se réduire à actuellement 14% » a indiqué le ministre Claver Gatete devant les élus du peuple.

Le gouvernement a fixé ses priorités en matière de croissance avec une attention particulière pour les actions destinées à la diversification des exportations, à accroître l'ajout de la valeur à la chaîne industrielle et à promouvoir les produits « Made in Rwanda » grâce un meilleur partenariat avec le secteur privé. « À court et à long terme, la promotion de Made-in-Rwanda aidera à consolider les activités du secteur privé locale, à créer des emplois et à stimuler la croissance économique », a promis le ministre Claver Gatete.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :