Egypte : la découverte de 17 momies donne de l’espoir pour le tourisme

 |   |  396  mots
Les 17 momies ont été découvertes dans la province de Minya, à environ 250 km au sud du Caire.
Les 17 momies ont été découvertes dans la province de Minya, à environ 250 km au sud du Caire. (Crédits : DR)
Le gouvernement égyptien vient d’annoncer la découverte de momies dans une région proche du Caire, pourtant pauvre en sites archéologiques. Les autorités y voient déjà un potentiel pour booster le tourisme.

C'est la nouvelle à la Une de la presse égyptienne. Des archéologues ont fait la découverte de 17 momies dans des catacombes dans la province de Minya, à environ 250 km au sud du Caire, a annoncé le ministère des Antiquités dans un communiqué relayé par la presse ce 13 mai.

Le fait se veut exceptionnel, non seulement parce qu'il s'agit d'un nombre non négligeable de momies, mais aussi parce que le site archéologique qui daterait «de l'époque gréco-romaine, entre le IIIe siècle avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C.» est situé dans une zone peu propice aux découvertes de ce type.

«C'est la première nécropole humaine trouvée dans le centre de l'Egypte avec un tel nombre de momies», a déclaré lors d'une conférence de presse Salah al-Khouli, à la tête de l'équipe d'archéologues responsables de cette découverte, selon l'AFP.

«C'est une découverte importante, sans précédent», a commenté pour sa part Mohamed Hamza, directeur du Département des fouilles archéologiques au sein de l'université du Caire.

A noter que c'est une équipe d'étudiants de cette université qui était à l'origine du repérage dudit site archéologique, il y a un an.

«De quoi ramener les touristes»

De son côté, le ministère des Antiquités y voit déjà des retombées potentielles pour le secteur touristique.

«2017 a été une année historique pour les découvertes archéologiques. C'est comme si c'était un message de nos ancêtres qui nous aident à ramener les touristes», a déclaré le ministre des Antiquités Khaled Al-Anani en conférence de presse, rapporte Reuters.

L'Egypte, pays touristique par excellence, a vu son secteur dégringolé ces dernières années avec les différents troubles qu'il a connus. En septembre 2016, le pays ne comptabilisait que 3,5 millions de visiteurs, contre 14,7 millions en 2010, année précédant le «printemps arabe». Avec le lancement l'automne dernier d'une campagne internationale de promotion de la destination égyptienne pour un budget de 63 millions d'euros sur trois ans, le Caire espérait faire redémarrer la machine. Mais les attentats du 9 avril n'ont pas amélioré les choses. Il y a quatre jours, la France appelait encore ses ressortissants candidats au tourisme à «faire preuve de la plus grande vigilance».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2017 à 16:56 :
je suis rentrée le 1 mai d’Égypte, j'y ai séjourné 3 semaines, Le Caire, Louxor, Alexandrie, Tunis dans le Fayoum...à aucun moment je me suis sentie en danger, les égyptiens nous accueillaient avec des 'Welcom', cherchaient à savoir de quel pays nous venions, nous disaient les mots de français qu'ils connaissaient....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :