Tanzanie : l’économie n°2 d’Afrique de l’Est poursuit son ascension

 |   |  265  mots
(Crédits : © Stringer . / Reuters)
Après avoir frôler la ligne rouge avec ses dépenses publiques, la Tanzanie a réussi en 2016 à mettre en place un certain nombre de mesures qui l’on remis au diapason de l’équilibre. La deuxième économie d'Afrique de l'Est devrait s’attendre à un avenir encore plus radieux, selon les analystes. Détails.

La Tanzanie boucle 2016 et aborde 2017 sur une note positive, selon les analystes. Les mesures d'austérité entreprises par le gouvernement afin de contrôler les dépenses publiques excessives portent peu à peu leurs fruits.

En plein programme de développement, la Tanzanie avait atteint un niveau élevé de dépenses publiques, avoisinant les 30 milliards de dollars. Comme le rappelle le FMI, dans le sillage des appels de pied du FMI à lancer des réformes, le président John Magufuli a décidé de diminuer les salaires des hauts fonctionnaires, réduisant le seuil maximal de rémunération de près de deux tiers. Plusieurs autres mesures ont été prises afin de relancer le secteur industriel et réhabiliter la compagnie nationale.

7% de croissance depuis 10 ans

Le pays a également amélioré son cadre réglementaire pour favoriser l'inclusion financière. Des efforts qui ont fait de lui le premier en la matière en Afrique, selon une étude du groupe britannique d'analyse et de recherche The Economist Intelligent Unit. En outre, une nouvelle loi pour restructurer l'industrie médiatique, l'implantation à Dar Es Salaam d'un centre de données internet haut débit, afin de soutenir le développement économique. Sans parler de l'offensive du gouvernement contre la corruption.

Selon les analystes, toutes ces mesures économiques permettront d'assurer une prospérité économique remarquable à ce pays d'Afrique de l'Est. Actuellement deuxième économie d'Afrique l'Est, la Tanzanie connait une croissance autour de 7% du PIB depuis 10 ans. le gouvernement s'attend à enregistrer 7,2% de croissance en 2016. Un taux qui devrait s'améliorer selon les prévisions à 7,5% en 2017 et 7,9% en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :