Accident ferroviaire en Egypte : au lendemain du drame, Al-Sissi demande des comptes

 |   |  461  mots
Photo prise le 12 août 2017 au Caire, deux jours après la catastrophe ferroviaire qui a causé la mort d'au moins 49 personnes, démontrant l'absence de règles de sécurité à bord des trains en Egypte.
Photo prise le 12 août 2017 au Caire, deux jours après la catastrophe ferroviaire qui a causé la mort d'au moins 49 personnes, démontrant l'absence de règles de sécurité "à bord" des trains en Egypte. (Crédits : Reuters)
Alors qu'une collision de train a fait au moins 49 morts vendredi dernier, le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi a sommé son gouvernement ce samedi 13 août, d'accélérer les travaux de développement du réseau ferroviaire du pays, afin d'éviter de nouvelles catastrophes.

Alors que l'Egypte est en deuil suite à une nouvelle catastrophe ferroviaire ayant coûté la vie à au moins 49 citoyens, Abdel-Fattah al-Sissi a demander au gouvernement de s'activer pour les travaux de développement du réseau ferroviaire de l'Egypte. Le chef de l'Etat égyptien qui s'exprimait lors d'une réunion avec son ministre des transports, Hesham Arafat, a aussi demandé à son ministre de développer les systèmes de signalisation électriques.

D'après le communiqué du porte-parole de la présidence égyptienne Alaa Youssef qui a apporté l'information, le président al-Sissi tient à réduire la dépendance du réseau ferroviaire aux éléments humains, à limiter les accidents de ce type et à accroître l'adoption de mesures pour sécuriser les passagers. « Le président a donné l'ordre d'établir des comités techniques chargés d'évaluer la maintenance et de déterminer quelles pièces sont nécessaires pour les trains et les infrastructures ferroviaires », note-t-on dans la déclaration du porte-parole.

De son côté, confirmant les recommandations du président Abdel-Fattah al-Sissi, Hesham Arafat a annoncé que son département travaillait sérieusement à la modernisation du réseau ferroviaire et que les dispositions sont prises en ce sens.

L'état du réseau mis en cause

Dans la foulée, al-Sissi exprimant ses condoléances aux familles des victimes, a ordonné une enquête afin de déterminer les responsabilités et exigé que les coupables rendent des comptes.

Une décision relayée par son ministre des transports qui a annoncé l'arrestation des conducteurs des deux trains et la suspension de quatre responsables ferroviaires. Mais pour beaucoup d'observateurs, les enquêtes ne doivent pas omettre de se pencher sur la vétusté des infrastructures du réseau ferroviaire du pays. Avis manifestement écouté du côté de la justice. Ce samedi, le procureur général de l'Egypte a confié à un organisme de génie militaire la mission de procéder à un contrôle technique du réseau ferroviaire. L'objectif est de vérifier la qualité des voies, du système de signalisation et des sémaphores et de publier son rapport.

C'est la quatrième fois en 17 ans qu'un accident de train fait autant de victime en Egypte. En novembre 2013, une collision entre un train et un bus du sud de la capitale, Le Caire, a fait 27 morts. Un an plus tôt, la collision entre un bus scolaire et un train dans la province d'Assiout au centre du pays a endeuillé le pays en faisant 47 morts. Mais la tragédie la plus meurtrière a été celle de 2002 quand un incendie dans un train a fait 373 morts à une quarantaine de kilomètres au sud du Caire dans la région de la Haute-Egypte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :