Pétrole : l’Egypte reçoit (enfin ! ) les premières livraisons saoudiennes

 |   |  354  mots
(Crédits : Reuters)
Le pétrole saoudien va pouvoir ruisseler vers l’Egypte. Après près d’un an de suspension, la compagnie nationale saoudienne d'hydrocarbures (Aramco) a procédé aux premières livraisons de pétrole à destination du Caire. Les deux pays semblent avoir aplani leurs différends politiques et même territoriaux qui ont eu raison de leur accord de livraison de brut. Un signe de normalisation entre l’Arabie Saoudite et l’Egypte ?

Avec l'entrée des tankers de l'Aramco dans le port du Caire, l'approvisionnement de la Petroleum Corporation, la compagnie égyptienne des hydrocarbures, en pétrole saoudien a repris. « Nous avons reçu vendredi et samedi les deux premières livraisons de pétrole après la reprise du contrat avec Aramco », a annoncé Hamdi Abdel Aziz, le porte-parole du ministère égyptien du pétrole.

Annoncés en milieu de semaine dernière par le ministère égyptien du pétrole, les navires pétroliers de l'Aramco n'ont pu se succéder que pendant le week-end pour les premières livraisons en pétrole après la normalisation entre les deux pays. Deux autres livraisons sont attendues les 26 et 27 mars prochains.

Le soulagement qui a accueilli les tankers tranche avec la situation quatre mois auparavant. En octobre dernier, sur fonds de différends sur le conflit syrien avec l'Egypte, l'Arabie Saoudite avait usé de tout son hard-power pour faire payer au Caire son rapprochement avec la Russie pendant que sa position était de soutenir des milices hostiles au régime syrien.

Normalisation d'après crise

La compagnie pétrolière saoudienne avait alors interrompu ses livraisons à destination de l'Egypte, prétextant des travaux de maintenance de ses raffineries et invoqué la fluctuation des prix. En filigrane, Le Caire avait compris que son « alliance » avec Moscou lui coûterait chère. Pire, elle avait peut-être tisonné le feu du différend territorial sur Tiran et Sanafir, deux petites îles stratégiques situées au large de la péninsule du Sinaï.

Pour le contexte, il faut rappeler que l'Egypte et l'Arabie-Saoudite ont signé en avril 2016, un accord commercial pour la fourniture de pétrole au marché égyptien. Selon les termes de l'accord, l'Aramco devait livrer 700.000 tonnes de produits pétroliers par mois à la Petroleum Corporation pour une valeur de plus de 20 milliards de dollars.

Interrompue il y a plusieurs mois, la reprise de la livraison de pétrole saoudien permet à l'Egypte de pousser un ouf de soulagement. Les deux pays semblent avoir trouvé le moyen d'aplanir leurs différends. Pour combien de temps encore ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :