Algérie : malgré la crise, le budget 2018 sera plus social que jamais

 |   |  395  mots
(Crédits : Reuters)
Dans le projet de loi de finances 2018 de l'Etat algérien, examiné et adopté en Conseil des ministres par le gouvernement la semaine dernière, une place importance est accordée à la politique sociale qui connait même une hausse de 8% par rapport à l'année en cours. La crise que traverse l'Algérie n'aura donc pas fait reculer le gouvernement sur cet aspect.

Le gouvernement algérien ne veut pas céder face à la crise que traverse le pays par rapport à sa politique sociale. Le Conseil des ministres qui s'est tenu en milieu de semaine après l'avoir examiné, a procédé à l'adoption du projet de loi de finances 2018 qui prévoit la poursuite des efforts de l'Etat en maintenant sa politique sociale.

D'après le communiqué du Conseil, un montant de 1.760 milliards de dinars soit 15,46 milliards de dollars, est alloué aux dépenses sociales le long de l'année prochaine. Cette enveloppe constitue une augmentation d'environ 8% par rapport au montant consacré à la même ligne au cours de cette année finissante. Selon le Conseil des ministres, elle est destinée aux soutiens aux familles, à l'habitat, à la santé, ainsi qu'aux subventions des prix des produits de première nécessité, dont les céréales, le lait, le sucre et les huiles alimentaires.

Plusieurs autres mesures sociales

La politique sociale à laquelle le gouvernement algérien consacre 1.760 milliards de dinars n'est pas la seule mesure destinées à porter une aide aux citoyens algériens. D'après le communiqué du Conseil des ministres, le projet de loi de finances 2018 contient plusieurs dispositions pour créer des conditions de vie plus faciles aux citoyens. Il s'agit entre autres, de la ''bonification'' intégrale par l'Etat des crédits bancaires levés par l'AADL pour prendre en charge la réalisation de 120.000 logements de location-vente, ainsi que le rétablissement de la subvention aux prix de l'orge fourni aux éleveurs pour l'alimentation du bétail.

Toujours dans le but d'améliorer les finances pour satisfaire à cette politique sociale du gouvernement, dans sa partie législative, le projet de loi de finances pour 2018 annonce plusieurs nouvelles autres mesures pour moderniser la législation fiscale et adaptation de son contenu aux réalités financières du pays. Il s'agit par exemple de l'instauration d'un impôt sur la fortune qui permettra d'augmenter un peu les recettes fiscales du pays.

Notons que le projet de loi de finances 2018 adopté par le gouvernement montre des prévisions de 6521 milliards de dinars en recettes et près de 8628 milliards de dinars en dépenses. Quant au budget de fonctionnement, il s'élève à 4584 milliards de dinars, consacrant une légère baisse de 7 milliards par rapport à l'année 2017 et un déficit budgétaire évalué à 9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :