Infrastructures  : la BID accorde un prêt de 210 millions de dollars à la Guinée

 |   |  510  mots
(Crédits : DR)
La banque islamique de développement vient d'accorder à la Guinée, un prêt de 210 millions de dollars pour financer des projets de construction. L'accord de prêt a été signé en fin de semaine dernière, par le ministre guinéen de la coopération, Mama Kanny Diallo et le Docteur Bandar Bin Mohamed Hamza Hajjar, président de la Banque, à Djeddah.

Mission réussie pour le ministre guinéen du plan et de la coopération internationale. En déplacement en Arabie Saoudite et plus précisément dans la ville de Djeddah, Mama Kanny Diallo a pu obtenir un accord de prêt pour son pays. D'après un papier du service de presse du ministère, le ministre Kanny Diallo a procédé à la signature d'un accord de prêt avec le Dr Bandar Bin Mohamed Hamza Hajjar, Président de la Banque islamique de développement (BID) à Djeddah. Portant sur une enveloppe de 210 millions de dollars, soit 105 milliards de franc CFA, il s'agit d'un fonds qui est destiné aux infrastructures en Guinée. « Ce montant servira au financement des routes d'intégration régionales Dabola-Kouroussa et Kissidougou- Gueckedou-Kondebadou », a confié la ministre guinéen du plan et de la coopération internationale. Selon elle, ce montant est nécessaire compte tenu des particularités que présentent les ouvrages en projet.

« La réalisation de ce Projet de construction comprend, la construction d'une autoroute revêtue à 2X2 voies longue de 151 km et ouvrages annexes entre Dabola-Kouroussa sur la Route nationale 1 et la construction d'une autoroute revêtue à 2X2 voies longue de 53 km et ouvrages annexes entre Kissidougou-Gueckédougou-Kondébadou sur la Route nationale 2 », a expliqué le service du ministère.

Fortement intéressé par le profil des ouvrages et leurs répercussions sur l'économie guinéenne, le Conseil d'Administration de la BID avait approuvé le dossier de la Guinée depuis le 24 décembre 2016. La banque prend ainsi en charge 81 % du financement nécessaire, qui équivaut à 210 millions de dollars.

D'autres partenaires financiers impliqués

Le financement de la BID quoi qu'étant important n'est qu'effectivement la majeure partie. Selon le ministère de la coopération internationale de la Guinée, d'autres partenaires financiers du pays sont impliqués dans les projets infrastructurels en cours, du pays. A côté des 210 millions de dollars de la BID (environ 199 millions d'euros), le Fonds koweitien de développement arabe (FKDEA) prend une part non négligeable de 18 millions d'euros et la Banque arabe pour le développement en Afrique (BADEA), va régler le restant qui s'élève à 28 millions d'euros.

« L'objectif de ces différents financements est de faciliter la réalisation de ces infrastructures et de permettre la garantie des meilleures conditions de déplacement pour les usagers, tout en réduisant la pollution et autres dégradations, ce qui permettra d'assurer un échange fluide des biens et services des deux régions traversées que sont la Haute Guinée et la Région Forestière », a expliqué le service de presse.

Notons que pour rentabiliser ces ouvrages en projet, les autorités guinéennes ont prévu la réalisation de plusieurs autres infrastructures connexes (centres de santé, écoles primaires, forages, éclairage solaires, etc.). Celles-ci stimuleront les activités de production dans ces zones, contribuant ainsi de manière significative à la réduction de la pauvreté dans les zones que traversent les voies à réaliser.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :