Côte d'Ivoire  : la BAD confirme son appui à la transformation de l'agriculture

 |   |  547  mots
(Crédits : Reuters)
La Banque africaine de développement vient d'apporter un appui de 71 milliards de Fcfa à la Côte d'Ivoire. Destiné à supporter les efforts du gouvernement en matière de transformation et de modernisation de l'agriculture, il est constitué en 5 accords de prêt relatifs à trois projets majeurs du gouvernement, dont l'agro-pôle.

C'est un pas décisif pour la Côte d'Ivoire dans son processus de modernisation de l'agriculture. Le gouvernement ivoirien représenté par le ministre de l'économie et des finances Adama Koné, vient de signer avec la Banque africaine de développement (BAD) représentée par son directeur général pour la région Ouest, Janvier Litse,  5 accords de prêt.

Estimés à 71 milliards de francs CFA, les prêts concernent principalement trois projets majeurs du gouvernement pour la modernisation de l'agriculture et la transformation des produits agricoles. Il s'agit des projets de pôle agroindustriel dans la région du Bélier (Agro-pôle), de développement des chaînes de valeur dans la région de l'Indenié-Djuablin et de la préparation du projet d'emploi des jeunes dans le secteur de l'agriculture.

Pour Janvier Litse, le financement du projet d'Agro-pôle du Bélier a pour objectif de créer les conditions optimales pour attirer les investissements privés dans la transformation des produits agricoles en soutenant les efforts du gouvernement afin d'atteindre l'émergence agricole et la modernisation de l'agriculture.

Quant aux soutiens apportés aux deux autres projets, celui de l'Indenié-Djuablin et celui de l'emploi des jeunes, ils permettront respectivement « de consolider les chaînes de valeur au niveau de la transformation et la commercialisation des produits agricoles et examinera l'employabilité des jeunes dans le secteur agricole et des mécanismes de financement des projets sans oublier la mise en place de centres d'incubation et des opérations pilotes pour le concept agri-preneur », a détaillé le Directeur général de la BAD pour la région ouest.

Dans le même sillage que Janvier Litse, Adama Koné le ministre de l'économie et des finances a expliqué qu'avec « le projet agro-industriel du Bélier, les populations bénéficieront des moyens d'accès à l'eau potable et aux infrastructures de base, mais ils pourront mener des activités génératrices de revenus... Les deux autres projets démontrent la place faite aux femmes et aux jeunes et la synergie d'action avec le secteur privé ». Reconnaissant l'importance de l'appui de la BAD, le ministre ne s'est pas privé de donner les détails sur le prêt accordé.

Un prêt pour 5 accords

Les 71 milliards accordés par la BAD au gouvernement ivoirien pour la modernisation et la transformation agricole sont répartis selon les trois projets auxquels ils sont destinés, mais aussi selon les provenances, en cinq accords au total. Selon le ministère ivoirien des finances et de l'économie, 66,8 milliards de Fcfa iront au projet de pôle agroindustriel de la région du Bélier. Ils sont constitués par un prêt de la BAD de 42,2 milliards de Fcfa, un don de 2,8 milliards de Fcfa et un autre prêt de 21,8 milliards de Fcfa. Au total, trois accords pour le seul projet de l'agro-pôle.

Un quatrième accord portant sur 3,3 milliards Fcfa des ressources du Fonds spécial du Nigeria (FN), va au projet de développement des chaînes de valeur dans la région de l'Indenié-Djuablin et le cinquième accord de prêt concerne 836 millions Fcfa consacrés à la préparation du projet d'emploi des jeunes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2017 à 1:50 :
Bon travail à la BAD, une telle action permettrais augmenté l'accroissement de l’économie nationale et optimisés la famille, le chaumage en milieu urbaines et locales.
- la place de la recherche agronomique ivoirienne doit symbiotiquement fournir ou rechercher les variétés hautement productive, cycle court, résistante aux facteur biotiques et abiotiques, et de maintenir et améliorées la qualités nutritives ou technologique des produits agricoles. leur rendement au traitement à l’usinage, le goût et la séactivité

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :