RDC : l'opposition dénonce l'oppression de Joseph Kabila

 |   |  994  mots
Les opposants manifestent à Kinshasa ce 20 décembre 2016, contre le coup d'Etat institutionnel qu'ils imputtent à Joseph Kabila.
Les opposants manifestent à Kinshasa ce 20 décembre 2016, contre "le coup d'Etat institutionnel" qu'ils imputtent à Joseph Kabila. (Crédits : Reuters)
La situation en RDC est extrêmement tendue. Quelques heures après l’achèvement du mandat de Joseph Kabila à la tête du pays, des tirs ont été entendu un peu partout dans le pays. Sur les réseaux sociaux, les militants de l'opposition dénoncent l'oppression armée menée par le régime.

La situation en RDC fait craindre le pire. Alors que Kinshasa avait gardé un calme, qui s'est avéré fragile, hier, des tirs ont éclaté et des manifestants ont déferlé dans les rues à travers la capitale congolaise. Sur les réseaux sociaux, des militants de l'opposition accusent le régime d'opprimer la population, sortie dénoncer ce qu'ils qualifient de « coup d'Etat institutionnel ». Des affrontements entre les militaires et la population auraient éclaté à l'aéroport de Lungandu dans la province du Kasaï-Central ainsi que dans plusieurs autres quartiers de la capitale. Toujours selon ces militants, ces affrontements auraient fait plusieurs victimes, sans que leur nombre ne soit dévoilé.

Kabila veut faire croire à un consensus...

Ces événements interviennent comme une réponse à la dernière tentative de Joseph Kabila pour s'accrocher au pouvoir, nommant un nouveau gouvernement cinq minutes avant l'expiration de sa limite de deux mandats. En effet, à 11 h 55, heure locale, la télévision d'Etat congolaise a annoncé que le président avait formé un cabinet élargi de 65 membres (la liste complète en bas de l'article) dirigé par Samy Badibanga, premier ministre appartenant à l'opposition. Ce dernier avait été destitué de sa fonction de président au sein du groupe parlementaire de l'UDPS et ses alliés, le 10 octobre 2016, pour avoir pris part au dialogue politique convoqué par Kabila en violation de la consigne officielle de la formation politique. L'opposant, ainsi que 18 autres députés de l'opposition qui se sont vu livrer des portefeuilles ministériels, servirait ainsi à légitimer le maintien du pouvoir par le président, en faisant penser à un gouvernement de consensus. Un consensus uniquement de forme, puisque le leader de l'UPDS et de du Rassemblement de l'opposition congolaise, Etienne Tshisekedi, a publié une vidéo mardi matin pour appeler à la résistance pacifique. « En ce jour du 20 décembre 2016, monsieur Joseph Kabila a donc épuisé son second et dernier mandat à la tête de la République démocratique du Congo. Il a perdu sa légitimité et sa légalité à la tête du pays », déclare-t-il dans cette vidéo. Preuve supplémentaire de l'absence de consensus dans la formation de ce nouveau gouvernement, le fait que le dialogue national n'a pas abouti, malgré sa prolongation. Les évêques de l'église catholique de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui mènent ces pourparlers, avaient annoncé dimanche, la reprise des travaux pour ce mercredi 21 décembre 2016.

La communauté internationale appelle au calme

Du côté de la communauté internationale, la Mission de l'ONU au Congo (Monusco) a appelé tous les acteurs politiques à garder le calme en leur rappelant qu'ils « ont la responsabilité historique de parvenir à un consensus négocié sur la tenue des élections et sur la période transitoire devant y mener ». Pour sa part, l'ex-puissance colonisatrice belge, à travers son ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, regrette que des élections n'aient pas été organisées avant la fin du mandat du président Kabila en République Démocratique du Congo. La Belgique appelle ainsi à rétablir sans délai la liberté d'expression, de communication, d'association et de manifestation pacifique ainsi que l'indépendance de la justice. Elle lance également un appel à tous les acteurs pour la préservation du caractère pacifique de toute action. La France quant à elle appelle au respect des droits de l'Homme. Dans un communiqué du Quai d'Orsay, l'hexagone appelle toutes les parties à rejeter la violence et à chercher une solution pacifique à la crise qui prévaut dans le pays.

Membres du gouvernement à 65 de Samy Badibanga :

Vice-Premiers ministres

  • Affaires étrangères : Léonard She Okitundu
  • Intérieur, Sécurité : Emmanuel Ramazani Shadary
  • Transports et communication : José Makila

Ministres d'État

  • Justice : Alexis Thambwe-Mwamba
  • Budget : Pierre Kangudia
  • Économie : Modeste Bahati
  • Plan : Jean-Lucien Bussa
  • Travail, Emploi et Prévoyance sociale : Lambert Matuku
  • Décentralisation et Réformes institutionnelles : Azarias Ruberwa
  • Fonction publique : Michel Bongongo

Ministres

  • Défense, Anciens combattants et Réinsertion : Crispin Atama
  • Finances : Henri Yav
  • Communication et Médias : Lambert Mende
  • Postes, NTIC : Ami Ambatobe
  • Portefeuille : Wivine Momba Matipa
  • Relations avec le Parlement : Justin Bitakwira
  • Affaires foncières : Félix Kabange
  • Infrastructures, Travaux publics et Reconstruction : Thomas Luhaka
  • Urbanisme et Habitat : Joseph Kokonyangi
  • Mines : Martin Kabwelulu
  • Hydrocarbures : Aimé-Ngoy Mukena
  • Industrie : Marcel Ilunga Leu
  • Énergie et Ressources hydrauliques : Pierre Anatole Matusila
  • Tourisme : André Moke Sanza
  • PME : Eugène Serufuli
  • Coopération au développement : Clément Kanku
  • Commerce extérieur : Aimé Boji Sangara
  • Agriculture : Patrick Mayombe
  • Enseignement primaire, secondaire et professionnelle : Gaston Musemena
  • Genre, Enfants et Famille : Marie-Louise Mwange
  • Affaires sociales, Solidarité et Action humanitaire : Paluku Kisaka Yererere
  • Sports : Willy Bakonga
  • Environnement et Développement durable : Kabongo Kalonji
  • Enseignements supérieurs : Steve Mbikayi
  • Formation professionnelle, Métiers et Artisanat : Guy Mikulu
  • Recherche scientifique : Bamboka Lombendi
  • Développement rural : Martine Ntumba Bukasa
  • Droits humains : Marie-Ange Mushobekwa
  • Santé : Oli Ilunga Kalenga
  • Jeunesse et Initiation à la nouvelle citoyenneté : Maguy Kiala
  • Pêche et Élevage : Jean-Marie Mulambo
  • Affaires coutumières : Venant Tshipasa
  • Culture et Arts : Sylvain Maurice Masheke
  • Délégué auprès du PM : Fidèle Ntigo Mbayi

Vice-ministres

  • Affaires étrangères : Yves Kisombe
  • Congolais de l'étranger : Emmanuel Ilunga Ngoy Kasongo
  • Intérieur et Sécurité : Basile Olongo
  • Transports et Communication : Samy Odubango
  • Justice : Edouard Kiove Kola
  • Budget : Willy Obose Suzene
  • Environnement et Développement durable : Agé Matembo
  • Plan : Franck Mwe Di Malala
  • Travail : Arthur Sedeya
  • Décentralisation et Réformes institutionnelles : Montana Puku
  • Défense : Corneille Maswaswa
  • Finances : Tharcisse Loseke Lembalemba
  • Télécoms et NTIC : Isidore Omari Kampene
  • Portefeuille : Homère Ogwake
  • Infrastructures : Papy Madizolo
  • Urbanisme et Habitat : Zaché Rugarisha
  • Énergie : Willy Mishiki
  • Coopération au développement : John Kwete
  • Commerce extérieur : Nathalie Bul Anne Sanata
  • Agriculture : Noël Botakile
  • Économie : Munga Bitshuma Akupendaye
  • Enseignements supérieurs et universitaires : Christophe Mboso
  • Santé : Maguy Rwakabuba

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :