Centrafrique : la BM en renfort pour le retour des déplacés internes

 |   |  365  mots
(Crédits : © Andreea Campeanu / Reuters)
La Banque mondiale (BM) vient d'apporter un appui financier important à la république centrafricaine dans la dynamique de la réhabilitation des communautés déplacées lors de la crise politico-sécuritaire qu'a connu le pays durant ces quatre dernières années. Une enveloppe de 10 milliards de Fcfa est mise à la disposition du gouvernement de Faustin Archange Touadera pour organiser le retour à leurs domiciles de ses déplacés internes dans de bonnes conditions.

Après s'être engagée à soutenir le nouveau plan de développement de la Centrafrique, la Banque mondiale intervient en urgence pour aider le pays à réussir sa campagne destinée à organiser le retour des déplacés internes qui ont fui les conflit, à leurs domiciles. Ainsi, la Banque a-t-elle décidé de décaisser plus de 10 milliards de Fcfa pour cette cause. L'accord de financement a été signé dimanche à Bangui par le Représentant de la Banque mondiale en Centrafrique, Jean Christophe Carré et le ministre centrafricain de l'Economie, Félix Moloua. Une signature de convention financière qui intervient à la suite de la table ronde des bailleurs de fonds tenue le 17 novembre dernier à Bruxelles. A l'occasion, plusieurs promesses financières avaient été faites à Bangui à hauteur de trois milliards de dollars US. La Banque mondiale et l'Union Européenne sont les principaux bailleurs de fonds du pays.

Les déplacés internes... mais l'extrême pauvreté aussi

La République centrafricaine détient un des taux les plus élevés de malnutrition chronique au monde. Ceci malgré l'énorme potentiel agricole dont dispose le pays. On note qu'un enfant sur deux souffre de malnutrition. Le taux d'accès à l'eau potable et aux services de santé demeure très faible alors que l'insécurité est persistante. Les autorités expliquent que le manque de graines et d'outils agricoles en sont les raisons principales. Les taux de mortalité maternelle et infantile figurent également parmi les plus élevés au monde. Depuis septembre 2016, de nouveaux conflits ont éclaté dans plusieurs villes causant la mort de centaines de civils et entraînant le déplacement de dizaine de milliers de personnes. Et le pays a besoin de près de 400 millions de dollars seront nécessaires pour venir en aide à 1,6 million de Centrafricains. Ces chiffres sont contenus dans le plan de réponse humanitaire 2017 qui complémente le Programme quinquennal national de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA). Le 17 novembre dernier à la conférence des donateurs à Bruxelles, la Banque mondiale s'était prononcée pour une enveloppe de 500 millions de dollars à décaisser à la Centrafrique pour la mise en œuvre du RCPCA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :