Rachat de Tigo : Wari sollicite à son tour un arbitrage dans le contentieux qui l’oppose à Millicom

 |   |  595  mots
(Crédits : Reuters)
Le groupe sénégalais Wari a annoncé avoir déposé depuis le 3 novembre, deux demandes d’arbitrage auprès de la Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris dans le contentieux du rachat de Tigo qui l’oppose à l’opérateur Millicom. La première demande vise d’ailleurs le groupe Millicom et la seconde la société NJJ Capital et Sofima Ltee. De quoi s’attendre à une longue procédure puisque le 6 novembre dernier, Millicom a aussi annoncé avoir déposé une demande d’arbitrage contre Wari.

Le contentieux qui oppose le groupe sénégalais spécialisé dans le transfert d'argent Wari et l'opérateur télécom Millicom à propos du rachat de Tigo n'est pas prêt de connaitre son épilogue. Dans un communiqué de presse qui a été rendu public ce vendredi, Wari annonce avoir déposé à son tour et depuis le 3 novembre, deux demandes d'arbitrage contre le groupe Millicom d'une part et contre NJJ Capital de Xavier Niel et Sofima Ltee d'Hassanein Hiridjee d'autre part. La procédure d'arbitrage a été ouverte auprès de la Cour internationale d'arbitrage de la Chambre de commerce internationale à Paris et est relatif à la vente de Tigo à Wari par le groupe Millicom. Le groupe de Karim Mboje a par la même occasion pour faire la genèse des faits, « dans un souci de transparence vis-à-vis du public sénégalais sur cette affaire et alors que Millicom multiplie les approximations et les contre-vérités par voie de communiqué de presse».

De l'établissement du premier contact entre Wari et Millicom, le 2 juin dernier à Paris jusqu'à la résiliation du contrat et l'annonce, le lundi 31 juillet, d'un nouvel accord visant à céder Tigo à un consortium composé de NJJ Capital et Sofima Ltee en remplacement de Wari, le groupe sénégalais a tenu à faire part de sa version des choses. Même l'apparition de Teyliom du sénégalais Yérim Sow dans le consortium n'a pas été occultée et pour  Wari, elle constitue juste « une manœuvre de façade pour apporter à bon compte une caution sénégalaise ».

Lire aussi : Télécoms : Wari assigne Millicom en justice

Double procédure d'arbitrage

La demande d'arbitrage que vient de solliciter Wari s'annonce comme une réponse du berger à la bergère puisque le 6 novembre dernier, Millicom a aussi annoncé par voie de communiqué de presse le dépôt d'une demande d'arbitrage contre Wari. Des procédures qui viennent s'ajouter au volet judiciaire de l'affaire puisque Wari a assigné, en octobre dernier, Millicom en justice.

Selon Wari, Millicom n'a pas valablement résilié le contrat de vente de Tigo signé avec Wari le 2 février 2017 et estime par ailleurs que les faits relatés dans ce communiqué démontrent « la mauvaise foi de Millicom, qui a très probablement recouru à des manigances avec le consortium, concurrent malheureux de Wari lors de l'appel d'offres ouvert par Millicom fin 2016, afin d'évincer Wari ».

Dans son communiqué, Wari a ténu à déplorer cette situation « qui pénalise les employés et le développement de Tigo ainsi que l'économie sénégalaise » en se fondant sur l'accord de partenariat stratégique conclut avec Vodafone, le troisième opérateur mondial de réseau mobile en abonnés « augurant de très fortes retombées au Sénégal en termes d'innovations et d'emplois ». Wari qui s'appuie aussi sur le décret présidentiel du 1er Aout dernier dans et par lequel  les autorités sénégalaises ont approuvé la cession à Wari de la licence de téléphonie opérée par Tigo rappelle que cette décision n'a jamais été remise en cause. « Les groupes internationaux, quels qu'ils soient, ne peuvent plus se comporter comme s'ils se trouvaient en terrain conquis en Afrique. Ni les autorités ni les opinions publiques ne sauraient le tolérer » souligne le communiqué de Wari qui a tenu enfin à dénoncer « avec la plus grande vigueur »,  les accusations de Millicom à son égard sur de « prétendues informations fausses et mensongères ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :