Révolution numérique : le challenge Digital Africa relancé

 |   |  400  mots
L'Agence française de développement offrira aux starups africaines candidates un accompagnement technique et financier professionnel d'une valeur de 30 000 euros.
L'Agence française de développement offrira aux starups africaines candidates un accompagnement technique et financier professionnel d'une valeur de 30 000 euros. (Crédits : Reuters)
La seconde édition du challenge Digital Africa vient d’être lancée. Le concours d’innovations qui vise à relever le défi de la transition numérique en Afrique est ouvert aux startups, notamment africaines, qui se verront accorder des appuis techniques et financiers, une fois sélectionnées. Les startups ont jusqu’au 22 octobre pour déposer leurs projets en ligne.

Le défi de la transition numérique en Afrique est relancé. Après une première édition «réussie» en 2016 qui a vu la participation de 500 candidats et dix lauréats, l'Agence française de développement (AFD), la Banque publique française d'investissement (BPI France) et la communauté des startups françaises (la French Tech) viennent de lancer la nouvelle édition de Digital Africa, un concours d'innovations pour relever le défi de la transition numérique en Afrique.

Digital Africa vise à accompagner l'émergence d'écosystèmes numériques matures et solides, porteurs de nouvelles opportunités économiques afin de faire tirer à l'Afrique le meilleur de la révolution numérique qui est «en train de transformer le Continent».

«L'innovation numérique est foisonnante en Afrique. Les Africains sont en train de réaliser un saut technologique qui accélère l'émergence du Continent. Avec Digital Africa, en accompagnant des startups emblématiques des écosystèmes numériques africains, l'AFD remplit sa mission de développement au service de l'éducation et de l'innovation, à l'heure du numérique», a indiqué notamment  Rémy Rioux, directeur général de l'AFD.

Ouvert jusqu'au 22 octobre

Pour participer à la seconde édition du concours Digital Africa, les candidats ont «jusqu'au 22 octobre pour déposer leur projet en ligne». Afin de profiter des opportunités qui s'offrent à elles, les startups sont invitées à proposer des «projets innovants» en rapport avec les thématiques liées aux territoires, les savoirs et la créativité, l'environnement et le climat, notamment.

 «Pour une jeune startup, le challenge Digital Africa offre une belle opportunité de visibilité tant continentale qu'internationale», a déclaré le Gabonais Dieu-Donné Okalas Ossami, fondateur de e-Tumba, une startup lauréate de la première édition du Challenge.

Outre la visibilité, Digital Africa appuie techniquement et financièrement les startups lauréates, notamment africaines, qui se verront accorder par l'AFD un «pack accélération» d'une valeur maximale de 30 000 euros. Cinq startups françaises lauréates seront accompagnées par BPI France qui leur offrira un pack accompagnement d'une valeur maximale de 10 000 euros. Ces financements permettront aux jeunes pousses de renforcer leur expertise et de développer de nouvelles opportunités sur le continent africain, notamment en matière de networking auprès des communautés d'entrepreneurs français dans les French Tech Hubs à Abidjan et au Cap en Afrique du Sud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :