Mobile : début d'année difficile pour les smartphones en Afrique

 |   |  547  mots
(Crédits : Reuters)
Les ventes de téléphones mobiles n'ont toujours pas repris en Afrique. Malgré la baisse des prix des téléphones, la pénurie de devises qui sévit dans plusieurs pays africains a lourdement impacté le rythme des importations des téléphones mobiles.

2017 a mal commencé pour les ventes de téléphones mobiles en Afrique. Les chiffres du cabinet de recherche et de conseil en technologie, IDC, révèle que pendant le premier trimestre de l'année, 54,5 millions de téléphone mobiles ont été vendus en Afrique. Ce qui correspond à une baisse de 8,2% par rapport à un trimestre avant. La principale raison de ce repli a été de la baisse de 17,6 % dans le segment des smartphones. En effet, les ventes de ce type d'appareil ont concerné 21,2 millions d'unités au premier trimestre de 2017, soit des chiffres largement inférieurs au 25,8 millions d'unités vendu au dernier trimestre de l'année écoulée.

L'examen de la croissance annuelle des ventes révèle la place qu'occupent toujours les téléphones « normaux » en Afrique. D'une année à une autre, le marché mobile global a progressé de 8,4%, principalement en raison de l'augmentation des ventes des téléphones de l'ancienne génération. Leurs ventes sont passées de 26,6 millions d'unités au premier trimestre de 2016 à 33,3 millions d'unités au premier trimestre de 2017. Cela fait un an que ce type d'appareils augmente sa proportion dans le chiffre d'affaires global. Une tendance qui démontre le besoin persistant en communications mobiles de base dans de nombreuses régions d'Afrique, notamment dans les zones rurales.

Les plus grands marchés d'Afrique, tous en baisse...

En ce qui concerne les smartphones, la chute des ventes a été causée par des baisses importantes dans trois des principaux marchés de téléphones intelligents du continent: Afrique du Sud (-13,6%), Nigeria (-8,1%) et Egypte (-11,5%). Si les experts estiment que la baisse en Afrique du Sud est principalement attribuable aux stocks élevés pendant les trimestres précédents, ce n'est pas le cas du Nigéria et de l'Egypte où la récession et la pénurie de devises ont ralenti les importations en général.

Les marchés des téléphones intelligents au Maroc et en Algérie ont également enregistré une mauvaise performance au premier trimestre de 2017. Cela dit, ces baisses enregistrées d'un trimestre à un autre restent bien moins graves et se limitent à -2,2% et -1,5%, respectivement. La Tunisie a été le seul marché en Afrique du Nord à enregistrer une hausse, même à 0,5% des ventes, ce qui reflète le rétablissement de l'environnement macroéconomique du pays.

L'Afrique de l'Est, la plus performante

Les marchés de l'Afrique de l'Est ont été plus performants que n'importe quelle autre sous-région. La Tanzanie et l'Ouganda affichent des hausses importantes de 8,1% et de 11,6% respectivement. Le marché kényan, qui a connu d'importantes hausses les deux dernières années, a été plus modéré au premier trimestre de 2017, les livraisons ayant légèrement diminué de -1,3%.

Sur le podium des fournisseurs qui ont vendu le plus en Afrique, Samsung occupe la première place avec une part de marché de 29,8% au premier trimestre de 2017. Son grand rival en Afrique, le chinois Transsion s'est maintenu en deuxième place avec 23,9% de parts du marché des smartphones. Une performance qu'il a réussi à réaliser grâce à son portefeuille diversifié de téléphones de gamme moyenne et une forte concentration sur le segment de prix moins de 150 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :