Médias : que suivent les Ouest-africains  ?

 |   |  831  mots
(Crédits : CC0 License)
Les habitudes de consommation de contenus médias changent dans le monde entier. Et l'Afrique n'est pas épargné. Médiamétrie, l'organisme français spécialiste dans la mesure d'audience, vient de publier ses résultats pour 3 pays de l'Afrique de l'Ouest (Cameroun, Sénégal et Côte d'Ivoire). Des résultats qui montrent que même si la télévision reste le média le plus prisé dans la région, elle se voit de plus en plus concurrencée par les médias sociaux.

La télévision reste, incontestablement, le média le plus regardé en Afrique de l'ouest. C'est ce qui ressort des derniers chiffres publiés par Médiamétrie, l'entreprise française spécialisée dans la mesure d'audience. Au Cameroun par exemple, ce sont 89,6% des habitants des villes de Douala, Yaoundé, Bamenda et Bafoussam ont regardé la télévision durant le deuxième semestre 2016. Cela correspond à 3,3 millions de personnes. Le nombre de téléspectateur n'est pas le seul indicateur à être particulièrement élevé. Les Camerounais ont consacré en moyenne 4 heures et 37 minutes chaque jour à la télévision. Ils regardent, à hauteur d'un à trois millions de téléspectateurs, la chaîne publique du pays, la CRTV, ou la première chaîne privée, Canal2 Internationale.

La structure de l'audience sénégalaise est presque identique à celle du Cameroun avec une seule différence. Le sénégalais passe moins de temps devant la télévision. En moyenne, 83,7% des habitants du Grand Dakar ont regardé la télévision chaque jour, soit 1,44 million de personnes. Mais ils n'y ont consacré « que » 3 heures et 13 minutes chaque jour. Ils suivent principalement la nouvelle chaîne de télévision lancée en 2010 par la star sénégalaise, Youssou N'Dour, TFM (Télé Futurs Médias). Une moyenne de 700 000 à 1 million de personnes regardent la chaîne quotidiennement.

En Côte d'Ivoire aussi, la télévision reste regardée par une bonne partie de la population. Selon les chiffres de Médiamétrie, ce sont 88,3% des habitants d'Abidjan et de Bouaké qui ont regardé la télévision durant un jour moyen de semaine, soit 2,5 millions de personnes. Ils y ont consacré en moyenne 3 heures et 14 minutes chaque jour, soit à peine une minute de moins que les sénégalais.

La radio, toujours dans le coup

Si la télévision s'accapare la part du lion en terme d'audience dans ces trois pays, la radio reste quand même très écoutée. Au deuxième semestre 2016, une moyenne de 69,2% des habitants de Douala, Yaoundé, Bamenda et Bafoussam (2,6 millions) ont écouté la radio pour une durée d'écoute de 2 heures et 46 minutes en moyenne par jour et par personne. Là aussi, c'est la station publique, CRTV Radio Nationale, qui reste la plus écoutée dans le pays. Elle est suivie par 1 à 2 millions d'auditeurs. La deuxième place du podium est occupée par la chaîne d'information française, RFI, qui elle, est écouté par 200.000 à 1 million de personnes.

Au Sénégal, la proportion des citoyens urbains qui écoutent la radio reste également assez elevée. Il s'agit d'une moyenne 62,8% des habitants de Dakar (1,07 million) ont écouté la Radio pour une durée d'écoute de 2 heures et 50 minutes en moyenne par jour moyen (lundi - vendredi) et par personne. Les stations radio les plus écoutées dans le pays sont Zik FM et RFM. Le nombre d'auditeurs est estimé entre 300.000 et 600.000 personnes.

Les ivoiriens, quant à eux, écoutent la radio pour une durée plus longue que les sénégalais ou les camerounais mais avec une proportion légèrement inférieure. Toujours selon Médiamétrie, 54,3% des habitants d'Abidjan et Bouaké (1,55 million) ont écouté la radio pour une durée d'écoute moyenne de 3 heures 06 minutes par jour et par personne.

Les médias sociaux, les challengers

Il n'en demeure pas moins que les « nouveaux médias digitaux » commencent à occuper du terrain. Les réseaux sociaux deviendront rapidement la principale source d'informations et de divertissements dans ces pays. Même si les chiffres sont aujourd'hui « moyens », la progression rapide des smartphones et de la couverture des télécoms fera qu'il y aura dans un futur proche plus d'internautes, ou plutôt de mobinautes (personnes qui consultent internet via un téléphone portable) que de téléspectateurs ou d'auditeurs. Au Cameroun, 68,7% des individus de 15 ans et plus sont inscrits sur au moins un réseau social, soit une progression de 4,1 points par rapport au premier semestre 2016. Facebook est sans surprise le réseau social comptant le plus d'inscrits, devant Google+, Instagram et Twitter. La même tendance a été observé au Sénégal, avec 55,5% du public qui est inscrit à au moins un réseau social. Parmi ces inscrits, 97% le sont à Facebook, les autres plateformes arrivant ensuite étant dans l'ordre Google+, Instagram et Twitter. Mais ce sont les ivoiriens qui utilisent le plus les médias sociaux parmi les trois pays mesurés par l'organisme. Près de 9 personnes sur 10, âgées de 15 ans et plus possèdent un smartphone.  Ces gadgets se répandent rapidement dans le pays. Ils se situent loin devant l'ordinateur (19,2%) et la tablette (14,5%). Près d'une personne sur cinq se connecte à Internet chaque jour. Et bien entendu, les réseaux sociaux sont à la tête des sites consultés par les ivoiriens. 44,5% des personnes qui utilisent Internet sont inscrites à au moins un réseau social, Facebook en tête.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :